Films

C.R.A.Z.Y.

Jean-Marc Vallée


Canada, 2005

Temps de lecture: 2 minutes
C.R.A.Z.Y. - photo

C.R.A.Z.Y. raconte l’enfance et la jeunesse de Zacharie (Zac) Beaulieu, né le 25 décembre 1960, quatrième dans une fratrie de cinq garçons, au Québec. Zac (interprété par Marc-André Grondin) découvre très tôt qu’il est “différent des autres”, mais il a une peur bleue de décevoir son père (interprété par Michel Côté), qu’il adore. Alors, à l’adolescence, au début des années 1970, il fait sa crise, s’habille glam comme David Bowie et Marc Bolan (le leader de T. Rex), fait toutes sortes de bêtises, et surtout nie farouchement être un “fif” (un “pédé” en québécois). Par amour pour son père, Zac s’enferme pour longtemps dans un placard. Cela n’empêche pas les relations difficiles avec les grands frères, que Zac aimerait imiter (à ses risques et périls!), et cette grande famille, à la fois chaleureuse et étouffante, dans laquelle il a du mal à se trouver une place.

C.R.A.Z.Y. est un film un peu dingo, qui traverse 20 années du Québec et du monde. Son rythme ultra rapide est à la fois à l’origine du comique extravagant de l’histoire et l’une de ses limites, peut-être. Le cinéaste a mis un soin tout particulier dans les décors, costumes, musiques, etc., ce qui donne au film un cachet délibérément rétro. Phénomène de société au Québec, succès en France, C.R.A.Z.Y. est l’une de ces comédies qui mélangent le rire et l’amertume, dont les réalisateurs québécois ont le secret, des Plouffes auDéclin de l’empire américain. Comme l’a confié Jean-Marc Vallée, il s’agit plus ou moins d’un film autobiographique. 

C.R.A.Z.Y.