BD / Mangas

Celle que je suis

Bingo Morihashi et Suwaru Koko


Éditions Akata, 2019

Temps de lecture: 2 minutes
Celle que je suis - photo

Tokyo, 1980. Yûji Manase, jeune étudiant, vit avec deux secrets. Le premier, c’est qu’il éprouve des sentiments pour l’un de ses amis, Masaki. Le second, c’est le malaise qu’il ressent face à son corps qu’il n’aime pas.

En plein questionnement sur lui-même, tout basculera le jour où il mettra pour la première fois une robe. A partir de ce moment, il n’a plus aucun doute : son corps et son genre ne sont pas en adéquation. Petit à petit, il prendra confiance en lui, afin d’accepter sa vraie identité.

En réalité, mon corps actuel est une simple chrysalide… Et ces derniers temps… je rêve très souvent… du moment où mes ailes se déploieront enfin.

L’histoire est racontée avec beaucoup de poésie et nous donne à découvrir plusieurs personnages tout autant en questionnement sur leurs identités et les étiquettes qu’on leur colle. Masaki, aux allures de rebelle, est plutôt replié sur lui-même, alors que ses camarades lui donnent une réputation de “queutard”. Ayumi, une de leur camarade, se fait reprocher son look jugé trop “masculin”, et se demande si c’est à cause de ça que Masaki, qu’elle aime bien, ne lui prête pas attention…

Chacun-e se met en quête de l’acceptation de soi, et le tome 2 nous offre une belle ouverture sur ces parcours initiatiques identitaires.

NB : tout comme sur le site des éditions Akata, nous avons choisi d’utiliser le pronom masculin pour parler de Yûji Manase, car le personnage se définit encore comme “masculin”.